A la une Blog

Bilan après une année difficile : le contexte

Bilan 2018 - Partie 1
Hello les filles (et messieurs, qui êtes de plus en plus nombreux par ici 🙂 ),

Ça fait vraiment [trop] longtemps que je n’ai rien publié et que je n’ai pas mis à jour le blog… Je ne vous promets pas de revenir en force, en tout cas je reviens aujourd’hui avec un article personnel, lié à mon année 2018.

Je n’écris pas cet article dans le but de me trouver des excuses par rapport au sport, à ma motivation, etc. mais ça me fait du bien de mettre des mots sur ce que j’ai ressenti durant un an, et ce que je ressens aujourd’hui.

NB: Je pensais pouvoir tout rédiger en un seul et unique article, mais en fait j’ai trop de choses à dire… Du coup pour vous éviter l’indigestion de mots, j’ai décidé de parler de tout ça en deux parties.

Retour en 2018 : le contexte

Si vous avez suivi mes aventures sur les réseaux sociaux, enfin, surtout sur Instagram, vous n’êtes sans doute pas passé à côté des mes longs blablas à propos de mes recherches d’appartement. Recherches que j’ai démarrées en juillet 2017, après ma rupture (TRÈS douloureuse), et qui ont duré un an.

1. Le stress lié à la recherche d’appartement.

Après ma rupture (et même déjà avant en fait), j’avais vraiment besoin de changer de vie, retrouver un cocon et recommencer de zéro. J’adorais mon studio d’étudiante, mais maintenant j’étais en CDI, célibataire avec de trop nombreux souvenirs dans ce logement, et surtout à l’étroit #PrincesseForever . Quand j’ai commencé à cherché, je pensais que c’était une affaire de 3 à 4 mois… Et que j’allais vite pouvoir souffler.

Et ben non, en fait, ça a duré 12 mois, une année interminable, trop de « fausses joies », déceptions, émotions, … En fait c’était une vraie montagne russe cette recherche. (Bon courage si vous cherchez à vous loger, seule, dans une grande ville face à une concurrence effroyable de couples et d’étudiants)

Je pense que c’est là que tout à commencé. Que j’ai petit à petit décroché du sport, moins fait attention à ce que je mangeais, et surtout développé un stress et une pression de malade. Les recherches, visites et dossiers me prenaient tout mon temps et surtout toute mon énergie. Et je pense surtout, que je prenais cette recherche trop à cœur, c’était mon objectif : trouver un appartement & déménager au plus vite.


2. Les blessures

Je crois que je n’ai jamais été autant stressée et sous pression, à un tel point que ça me rendait malade. Outre les douleurs psychologiques (oui, j’en pleurais T.T , j’étais vraiment déprimée), il y a eu les douleurs physiques. Aujourd’hui je comprends mieux les liens entre état psychologique et forme physique… Car j’en ai fait les frais.

En juin 2018, quand j’ai ENFIN reçu une réponse positive d’une agence qui m’annonçait que c’était MON dossier qui avait été sélectionné pour un appartement coup de cœur, tout s’est mélangé dans ma tête. Toute la pression est redescendue d’un coup, j’ai pleuré de joie, j’y croyais pas, je n’y croyais plus !

Et le lendemain, BIM, je me bloque un nerf vers les cervicales suite à un mouvement banal (genre j’ai juste levé le bras pour prendre un hot dog 😂). J’ai d’abord cru que c’était juste un faux mouvement et que ça allait passer tout seul, mais je me suis retrouvée complètement bloquée pendant plus de 3 semaines…

J’ai eu du mal à trouver un médecin pour me soigner (car oui, la recherche d’un médecin traitant en ville quand on est nouveau patient, c’est la même galère que la recherche d’appartement…), du coup j’ai pu consulter qu’un mois plus tard.

Verdict : trop de stress et de pression cumulés dans les cervicales qui ont engendré une Névralgie Cervico Brachiale. Le médecin m’a prescrit une radio pour vérifier qu’il n’y avait pas quelque chose de plus grave, et m’a conseillé de me tourner vers un kiné.

Suite à cela, j’ai un peu mis ma santé en stand bye, car le déménagement approchait et j’avais une tonne de chose à gérer. J’ai attendu janvier 2019 pour enfin aller voir le kiné, et aujourd’hui j’ai plus de 7 séances de rééducation, qui seront peut-être reconduites suivant l’évolution… Parce-que oui, j’ai toujours mal…


3. L’alimentation & l’hyperphagie

L’hyperphagie, ce démon qui me suit depuis quelques années déjà… On m’a détecté ce trouble quand j’ai quitté l’Alsace. En fait j’ai des phases ou je mange à outrance, sans pouvoir me contrôler, mais sans compenser après. C’est à dire que je ne culpabilise pas, je ne me fais pas vomir, je ne fais pas des heures et des heures de cardio et je ne me prive pas non plus du prochain repas.

Dans ces phases là je mange vraiment tout ce que j’ai sous la main, que ce soit des pâtes, du beurre, des bonbons, des biscuits, du chocolat, etc. Tant qu’il y en a, j’ai « besoin » de le manger. Je dis « besoin » car je vous assure que c’est un sentiment incontrôlable… Et ce, peu importe l’heure, peu importe ma faim ou l’heure du dernier repas.

Au départ, je pensais que c’était simplement lié à mon alimentation. J’avais un peu économisé (j’étais étudiante, et pauvre mdr) pour prendre rendez-vous avec une nutritionniste. C’est elle qui a détecté ce trouble et elle n’a pas pu faire grand chose pour moi. Je me souviens être ressortie de la consultation en mode dépitée. Elle m’avait conseillée de me tourner vers un psy, pour régler des problèmes plus profonds qui déclenchaient ces crises.

C’était en 2012. Je n’ai jamais été plus loin que cette consultation. En fait j’avais peur, tout ça était inconnu pour moi, et j’en ai jamais parlé à personne. J’ai donc essayé de me contrôler, avec plus ou moins de réussite…

En 2018, avec tout ce stress, les crises sont revenues et se sont intensifiées. Mais j’avais tellement l’esprit ailleurs que j’avais du mal à m’en rendre compte, du mal à gérer les crises. Combiné à l’arrêt du sport, mon corps en a fait les frais.

Je n’ai toujours pas consulté pour essayer de comprendre et de soigner ce trouble psychologique et alimentaire. Mais promis, c’est sur ma liste !

4. Un mois d’Octobre particulièrement difficile

Après mon déménagement en Août, je pensais pouvoir reprendre un rythme de vie normal. Retourner au sport, recommencer à manger correctement, et surtout me sentir mieux. Mais le sort en a décidé autrement, et s’est un peu acharné sur moi.

Un cambriolage, une machine à laver qui lâche, des problèmes de factures avec EDF, apprendre qu’on est inexistant à la SECU, des impôts impayés, … La totale quoi. Enfin, ça peut paraître banal, mais quand tout arrive en un seul et unique mois, croyez moi, c’est vraiment difficile à gérer psychologiquement

Je pense qu’il ne m’en fallait pas plus pour sombrer. C’était les événements de trop. J’étais à bout, et pour le coup, j’avais l’impression que je m’étais vraiment noyée. J’ai broyé du noir jusqu’à fin Novembre. Moi qui pensais pouvoir reprendre un rythme normal, je passais mon temps libre à essayer de trouver des solutions, à appeler les différents services pour régler ces soucis et à croiser les tableaux excel pour gérer mes dépenses (enfin, surtout à essayer d’éponger mon découvert).

J’ai pas réussi à reprendre le sport. Les douleurs dans mon bras étaient toujours présentes… Et encore moins une bonne alimentation. Mon frigo était littéralement vide pendant presque 3 mois. Je mangeais sur le pouce, pas forcément mal, mais pas équilibré du tout. Très peu de légumes et de protéines, beaucoup de glucides. En fait je me restreignais à « ce qui ne coûtait pas cher ». Le riz, le quinoa, le boulgour, de temps en temps des haricots verts, des œufs, des pois chiches, beaucoup de pois chiches 😀 mais sans plus.


2018 : Une année ou je n’étais plus moi-même

Avec le recul, je me rends compte qu’en 2018, les différentes choses que je vous ai listées plus haut m’ont rendu différente. Je ne me reconnais pas, ce relâchement ça ne me ressemble pas…

Évidemment tous ces événements ont eu un impact sur de nombreux aspects de ma vie. J’ai complètement perdu la motivation dans tous les domaines : le boulot, le sport, l’alimentation, mes passions…

Pourtant j’ai l’impression d’avoir été bonne actrice en faisant en sorte que peu de personnes ne le remarque…

Je me suis complètement oubliée, complètement perdue. Et j’ai eu du mal à m’en rendre compte.


Si vous avez tenu jusqu’ici, félicitations ! Haha, je sais que cet article est vraiment hyper long (& il n’est pas terminé) et que ça fait vraiment #3615MyLife … Mais je pense que ces différents aspects étaient importants, en tout cas, pour moi ils le sont.

Ça me fait du bien de m’exprimer, et je vous prépare la partie 2 pour la publier dans la semaine… Dans cette 2e partie, je vais passer aux différentes choses qui m’ont fait ouvrir les yeux. Comment je me suis rendue compte que je n’allais pas bien, que je ne supportais plus ni l’image que je renvoyais aux autres, ni celle que je voyais dans le miroir.

Et surtout, je vais terminer sur une note positive, avec cette nouvelle année, de nouveaux objectifs et le retour de nouvelles habitudes 🙂

À bientôt !

Vous aimerez aussi

5 Commentaires

  • Répondre
    Carole
    28 janvier 2019 à 15 h 48 min

    Je souffre moi aussi d’hyperphagie… Je te comprends tellement à ce sujet là. Beaucoup de gens pensent que c’est simplement de la gourmandise, alors que ça va bien au delà de ça… Des fois on me dit que je n’ai qu’à me contrôler, que c’est de la volonté, malheureusement ça ne marche pas comme ça. Si tu veux en discuter n’hésites pas à m’écrire 🙂

    • Répondre
      Alizée - She Squats
      31 janvier 2019 à 15 h 52 min

      Oh oui… Je suis tellement d’accord avec ce que tu dis. Ca m’exaspère les gens qui pensent que c’est qu’une question d’envie et qui ne prennent pas cela au sérieux…

  • Répondre
    Leanr to be happy
    29 janvier 2019 à 10 h 53 min

    Ma twin, même si j’avais connaissance de certaines choses je ne savais pas vraiment le réel ressenti que tu en avais, et je suis très heureuse que tu te sois rendue compte de tes sentiments/émotions et que tu les exprime. C’est une étape très importante et parfois même la plus difficile. Sache que je serai là pour t’encourager et te soutenir pour que tu mènes à bien tes nouveaux objectifs !

    • Répondre
      Alizée - She Squats
      31 janvier 2019 à 15 h 51 min

      Merci pour tes encouragements ☺❤ je ne suis pas du genre démonstrative donc il y a pleins de trucs que j’ai gardé en moi, et il y a surtout pleins de choses dont je ne me suis pas rendue compte sur le moment tellement j’étais noyée dans des milliers de choses… Mais maintenant je vais mieux et qu’est-ce que ça fait du bien 😀

  • Répondre
    Céline
    31 janvier 2019 à 15 h 46 min

    Coucou ma belle, merci pour cet article. C’est vraiment chouette que tu te livres et que tu nous expliques un peu tout ce que tu as vécu durant cette année. Je te suis depuis un long moment sur instagram et on ne se rend pas toujours compte de ce qu’il se passe dans la « vraie » vie des gens.

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.