Blog Conseils fitness/musculation Non classé

Exercices polyarticulaires VS isolation musculaire

exercices polyarticulaires

Si vous faîtes de la musculation, vous avez sûrement déjà entendu parler des exercices d’isolation ou polyarticulaires. Mais savez-vous vraiment ce qui les caractérise et les différencie ? Quels exercices privilégier en fonction de vos objectifs ? Dans cet article je vais vous faire un petit topo sur ces deux catégories d’exercices en espérant que cela vous éclairera 🙂



Cas 1 : les exercices polyarticulaires

Comme on peut le comprendre dans le nom, ce type d’exercice permet de travailler plusieurs articulations et donc plusieurs muscles et groupes musculaires.

Pour que ce soit plus clair, nous pouvons raisonner comme cela : Nos muscles nous permettent d’enclencher nos articulations. De ce fait, plus vous sollicitez d’articulations en même temps, plus vous solliciterez de muscles. C’est simple non ?

Exemples d’exercices polyarticulaires :

  • le squats : quadriceps, fessiers et les ischios jambiers.
  • les tractions :grand dorsal, biceps, épaules, abdominaux
  • Mais aussi les fentes, le soulevé de terre, les dips, le développé couché, etc..

De plus, ce sont des exercices très complets qui permettent de renforcer la posture en mobilisant les muscles stabilisateurs.

Etant donné que vous travaillez plusieurs muscles en même temps, vous pourrez charger plus lourd que sur des exercices d’isolation.

Pourquoi choisir ce genre d’exercices ?

  • Vous brûlerez plus de calories du fait que plus de muscles sont sollicités.
  • Vous pourrez charger plus facilement.
  • Vous prendrez plus facilement de la masse musculaire.




Cas 2 : les exercices d’isolation

Contrairement aux exercices polyarticulaires, les exercices d’isolation permettent de travailler une articulation à la fois. L’avantage de cette pratique est de travailler précisément certains muscles qui sont moins développés et combler certaines de nos faiblesses.

Exemples d’exercices d’isolation :

  • Pectoraux : peck deck, ecartés à la poulie, écartés inclinés, etc.
  • Cuisses :  leg extensions, leg curls, abducteurs, adducteurs, etc.
  • Dos : pull over, extensions sur banc à lombaires, tirage bras tendus, etc.

Les exercices d’isolation ne sont pas conseillés si vous souhaitez prendre de la masse, et c’est souvent l’erreur débutante n°1 !  C’est vrai que l’on sent très bien le travail musculaire, la congestion mais les résultats seront très faibles même à long terme étant donné que ce sont des charges plus légères qui sont utilisées.

Pourquoi choisir ce genre d’exercices ?

  • Si vous étiez blessé, c’est un très bon moyen de rééduquer le muscle concerné.
  • Rattraper un déficit bilatéral (car nous sommes tous plus forts d’un côté que de l’autre)
  • Pour rattraper un point faible en ciblant précisément le muscle concerné.




Conclusion : Isolation ou polyarticulaire ?

Basez votre programme sur des exercices polyarticulaires suivis d’un exercice d’isolation pour travailler un point faible tout en développant votre masse musculaire.

Les exercices d’isolation doivent être utilisés uniquement en cas de rééducation, déficit bilatéral ou autre raison médicale et non pas en cas d’esthétique pur.


Crédits photo : Unsplash

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.